Accueil > Vagabondages > J’aime ma ville, j’aime bien ce quartier du Sanitas
La tour U du Sanitas, signal urbain – photo de Gaspar Païva

J’aime ma ville, j’aime bien ce quartier du Sanitas

Eh oui, c’est en regardant cette photo de Gaspar Païva que les mots d’Olivier Razemon, journaliste et auteur de Comment la France a tué ses villes – dans l’émission Du Grain à moudre, le 22/05/2019 – me sont revenus. Je me devais de les rapporter à nos lecteurs, aux habitants de Tours et bien plus encore aux Habitants du Sanitas.

« J’aime les villes ; celles qui ont une histoire, une géographie ; j’aime cette ville qui est inscrite près d’un fleuve ou auprès d’un lac, au pied d’un mont. Toutes les villes racontent une histoire. La pierre de Dom (Dom-le-Mesnil) qui est ocre et qu’on voit à Charleville-Mézières raconte l’histoire de la région par exemple. Non toutes les villes sont belles et valent la peine d’être visitées.

C’est très important la fierté des habitants. Il faut se réapproprier la ville et se dire qu’on a quelque chose [de particulier, de singulier], et ce n’est pas nécessairement une évidence ; il faut pour cela d’abord connaître et comprendre, et ainsi on s’aperçoit qu’il y a des proportions qu’on regarde. »

Peut-être qu’il y aurait encore quelque chose à ajouter

Encore d’Olivier Razemon : « La ville s’inspire de ce qui est autour (les bruits, les odeurs…). [Pour la comprendre] il faut prendre le temps de se promener (de préférence à pied) y compris dans les zones qui ne sont pas à priori prévues pour cela. Il faut aller voir et se rendre compte qu’il y a une grande diversité. »

Tout cela est juste, et un aussi ce que MonSanitas veut enregistrer ; ces bruits, ces odeurs…

Petite note à l’attention de ceux qui ne sont pas de Tours

Le Sanitas ou Sanitas-Rotonde est un quartier du centre de Tours, situé entre le centre-ville et les rives du Cher, à proximité de la gare. Il a été construit après la Seconde Guerre mondiale pour partie sur un terrain autrefois dévolu à des ateliers et entrepôts de chemin de fer de la SNCF. Principalement constitué de grands ensembles, les étapes d’urbanisation du quartier s’étalent entre la fin des années 1950 et 1970. Peuplé de quelque 9 000 habitants et comportant près de 5 000 logements, le quartier compte le plus grand parc d’habitations à loyer modéré (HLM) du département d’Indre-et-Loire. Sa position centrale au sein de la ville de Tours – et aujourd’hui de Tours Métropole Val de Loire – est exemplaire. Mais pour combien de temps encore…

Se renseigner à propos de  “MonSanitas / projet d’exposition photographique et de mise en partage” :

13 place Neuve à Tours – Tel : 07 83 71 64 76 – m.me/monsanitas

Sur instagram : https://www.instagram.com/mon_sanitas/fbclid=IwAR2OS6KoqsNxXIzVPH1MeazZghhnUIxFf3anKU-io3DyWB_ZQ1_97SeJVKA

Et sur facebook : https://www.facebook.com/monsanitas/

L'auteur : Xavier Guillon

Rédacteur en chef et en os et profiteur d’espaces, il aime l’urbain et le crie haut et fort. En secret, il rêve de nature et prend régulièrement les chemins vicinaux.

Un commentaire

  1. Merci pour ce beau message qui bat en brêche les vues schématiques de ceux qui écrivent et parlent sans connaître.
    Bien entendu je m’empresse de faire circuler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *