Accueil > Horizon jardin > Comme un jardin à la française – Ou, la règle d’un jeu expliquée par deux jardiniers
parc-et-jardins-azay-le-ferron[1]
Taille des buis façon pièces de jeu d'échec dans le jardin du château d'Azay-le-Ferron

Comme un jardin à la française – Ou, la règle d’un jeu expliquée par deux jardiniers

Pour un anglais, le jardin est un poème qui s’écrit dans le paysage. Le “jardin à la française” est tout autre. Dans sa construction, il y a la recherche de la perfection des formes, d’une certaine majesté théâtrale et d’un goût du spectacle. Il est pour cet anglais “jardin formel français”.

Aujourd’hui, le jardin est devenu un espace de créativité que chacun aménage à son goût et selon ses propres critères esthétiques. Mais pour un jardin à la française, l’organisation de l’espace est avant tout une affaire de règles. Symbolique et géométrique, le “jardin formel français” répond à des critères bien précis qu’il faut avoir en mémoire si l’on veut toucher la subtilité de son esthétique jardinière. Pour en comprendre mieux sa forme et son esprit, nous avons rencontré Laurent Portuguez, jardinier en chef du château de Villandry.

Le jardin à la Française du château de Villandry
Villandry et le jeu d’échec

Les règles de composition d’un jardin à la française

  • Le jardin à la française a un vocabulaire esthétique végétal et minéral.
  • Le plan est géométrique et exploite pleinement les avancées de l’optique.
  • Un axe perspectif passe par les appartements. Sur lui, le jardin s’ordonne symétriquement.
  • Les élévations végétales sont taillées, formant des murs et des topiaires.
  • Une terrasse surélevée domine et provoque chez le visiteur l’envie de découvrir par degré le jardin.
  • La théâtralité s’exprime par la surprise, la découverte de nouvelles perspectives ou d’endroits cachés.
  • Le langage de la symbolique y a son importance.

Projection sensible

Outre ses règles, ce qui caractérise le jardin à la française, c’est le rôle qu’il occupe dans l’ensemble habité. Pour Laurent Portuguez, “à l’échelle de la maison, le jardin en est la continuité, sa projection sensible. Chaque partie du jardin est une pièce dans laquelle on entre. La porte est en cloison, en cloitre de verdure”. Il est espace pour la rencontre, la récréation, l’intimité et l’oisiveté. “Le jardin joue à la fois le rôle de salon et de promenade”.

Strictement formel

Jardin à la Française - Villandry Jardin à la Française - Villandry Jardin à la Française - Villandry On l’imagine dans un décorum de statues, de fontaines et de vasques, et pourtant, ces éléments n’apparaissent pas nécessairement dans le jardin à la française. Leur présence dans les jardins que l’on visualise est due aux influences italiennes et andalouses. Dans sa version la plus stricte, le jardin à la française comprend de la pelouse, des allées de sable ou de gravier, des buis et des ifs taillés formant des murs et des reliefs ainsi que des massifs de fleurs (vestiges des jardins de la Renaissance). Il n’a pas besoin de grand-chose pour s’épanouir. “Dans sa forme, il s’amuse avec la simplicité de l’horizontal et du vertical, du végétal et du minéral. Sa codification géométrique joue avec la sobriété”, rappelle Laurent Portuguez.

Transposition

Dans sa faculté d’anticipation, de dépassement du moment, le jardin formel apprécie le passé, le présent et l’avenir. Son caractère strict et exhibitionniste est très contemporain. Son influence se retrouve ainsi dans de nombreux projets. Les grandes allées propices à la circulation, l’utilisation de la géométrie et des symboles, sont des idées toujours bien vivantes dans l’organisation de nos espaces urbains.

Alors, peut-on créer un jardin à la française dans son jardin ? Oui bien sûr, mais à l’échelle de la maison.

Jardin à la Française - Vue panorarique sur le jardin du château de VillandryLe jardin de Villandry est-il un jardin à la française ? Oui, au regard de son organisation, de ses terrasses et salons, de ses jeux et de ses symboles. Oui encore pour son architecture végétale et son labyrinthe. Dans ce jardin dessiné par Joachim Carvallo dans la première moitié du XXème siècle, il y a pourtant le résultat d’une construction qui prend racine dans la projection du propriétaire sur le temps qui s’écoule. En héritage, le jardin conserve de son lointain passé du Moyen-Age, le souvenir d’un jardin potager clos en terrasse. Dans un esprit renaissance, le jardin se nourrit d’idéaux et de plaisirs courtois. Ses salons d’ornement fournissent d’intemporels sujets de discussion. Son labyrinthe symbolise le cheminement terrestre de l’homme et sa quête spirituelle. Sur la dernière terrasse, la pièce d’eau miroir rappelle qu’au XVIIIème siècle, le Marquis de Castellane avait créé un jardin à la française dans le plus pur style classique. Par ses éléments décoratifs, l’empreinte de jardin italien est marquée. Il reste encore dans la lecture de ses broderies de buis, lorsque l’on est en surplomb, la fraîcheur d’un jardin andalou.
C’était juste un peu avant le printemps 2013 qu’avec Dominique Beauchesne nous avions rencontré Laurent Portuguez, le chef jardinier du château de Villandry, pour valider le fait qu’un jardin à la Française pourrait même être un jardin contemporain. Cela a été un beau moment passé une fois encore à La Mulonnière.

Toutes les photos : Château de Villandry – sauf la photo à la une : taille des buis façon pièces de jeu d’échec dans le jardin du château d’Azay-le-Ferron emprunté à My Loire Valley

L'auteur : Dominique Beauchesne

Pour Dominique Beauchesne, pour qu’un jardin reste “nature”, ce qui compte c’est qu’il émette des sons qui s’impriment avec plus ou moins de résonance active. De nos voyages ou de notre passé, nous rapportons des images, des couleurs, des odeurs, des sensations. C’est ce qu’il aime transcrire en prolongement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *